03/09/2010

Embryologie

L'embryologie dans le Coran


Cette étude n'aura pas pour but d'enregistrer les erreurs scientifiques que renferme le Coran sur l'embryologie (d'autre l'ont déjà fait), mais plutôt de comprendre l'origine des connaissances incorrectes sur l'embryologie contenues dans le Coran...

"Et très certainement, Nous avons créé l'homme d'un choix d'argile, puis Nous l'avons consigné, goutte de sperme (nutfah), dans un reposoir sûr, puis Nous avons fait du sperme un caillot (`alaqa) ; puis du caillot (`alaqa) Nous avons créé un morceau de chair (mudghah); puis du morceau de chair, Nous avons créé des os ; puis Nous avons revêtu de chair les os. Ensuite Nous avons produit une toute autre créature." Sourate 24:13-14

Ceci vous étonnera peut être, mais savez-vous que cette description du Coran sur le développement de l'embryologie est étonnamment identique à celle établie par Claude Galien né en 131 après Jésus-Christ, réputé pour être le plus grand médecin après Hippocrate :

"Mais reprenons à nouveau la description à la première formation de l'animal, et afin de rendre notre description ordonnée et claire, divisons la création du fœtus en quatre périodes de temps. La première est celle dans laquelle, comme nous le voyons dans les avortements et les dissections, la forme du sperme (nutfah en arabe) a le dessus. A ce stade, même Hippocrate le merveilleux n'appelle pas la forme de l'animal un fœtus, comme nous l'avons entendu dans le cas du sperme vidé au sixième jour, il l'appelle toujours du sperme.

Mais quand il a été empli de sang (correspondant à alaqa en arabe), et que le cœur, le cerveau et le foie sont toujours inarticulés et informes, mais ont dès lors une certaine solidarité et une taille respectable, c'est la deuxième période ; la substance du fœtus a la forme de la chair et plus la forme du sperme. En conséquence, vous verriez qu'Hippocrate n'appelle plus cette forme "sperme" mais, comme il a été dit, "fœtus".

Embryon La troisième période suit lorsque, comme il a été dit, il est possible de voir les trois parties principales clairement comme une sorte de détour, une silhouette en quelque sorte, de toutes les autres parties (correspondant à mudghah en arabe). Vous verrez la conformation des trois parties principales plus clairement, celle des parties de l'estomac plus faiblement, et bien plus, celle des membres. Plus tard ils forment des "brindilles", comme le dit Hippocrate, indiquant par ce terme leur similarité avec des branches.


La quatrième et dernière période est au stade où toutes les parties des membres ont été différentiées, et à ce stade Hippocrate le merveilleux n'appelle plus le fœtus un embryon mais déjà un enfant ; ainsi lorsqu'il dit qu'il tressaute et bouge comme un animal déjà entièrement formé…(correspondant à la nouvelle création) Le temps est venu pour la nature d'articuler les organes précisément et d'amener toutes les parties à la formation finale. Ainsi elle fait croître la chair sur et autour des os, et en même temps… elle crée à l'extrémité des os des ligaments qui les lient les uns aux autres. Et sur toute leur longueur elle place autour d'eux de fines membranes appelées périostéales sur lesquelles elle fait croître la chair"
. Corpus Medicorum Graecorum: Galieni de Semine, section I:9:1-10 pp. 92-95, 101

Comparons désormais l'exposé de Galien avec la sourate 24:13-14, déjà évoquée :

"puis Nous l'avons consigné, goutte de sperme (nutfah), dans un reposoir sûr, puis Nous avons fait du sperme un caillot de sang (alaqa) ; puis du caillot de sang (`alaqa) Nous avons créé un morceau de chair (mudghah) ; puis du morceau de chair, Nous avons créé des os ; puis Nous avons revêtu de chair les os. Ensuite Nous avons produit une toute autre créature."

La première étape correspond à [nutfah], l'arrivée du sperme; la deuxième étape, il a été empli de sang correspond à [alaqa], le caillot de sang; la troisième étape "la forme de la chair" correspond à [mudghah], le morceau de chair mâchée. La quatrième et étape finale, correspond à l'étape où tous les organes ont été bien formés, et que le fœtus est en mouvement.

Si le lecteur a encore un doute au sujet du lien clair établit ici entre les étapes galéniques et coraniques, nous pouvons préciser que ce sont les musulmans eux-mêmes, dont Ibn-Qayyim, qui ont repéré pour la première fois les similitudes. Basim Musallam, directeur du centre des études du Moyen-Orient à l'université de Cambridge conclut :

"les étapes du développement établies par le Coran et le Hadith pour les croyants étaient parfaitement conformes au compte scientifique de Galien... Il n'y a aucun doute que la pensée médiévale a apprécié cet accord entre le Coran et Galien, parce que la science arabe a utilisé les mêmes limites du Coran pour décrire les étapes galéniques" B. Musallam (Cambridge, 1983) Sex and Society in Islam. p. 54

Si nous regardons ce que les Grecs antiques ont enseigné nous pouvons clairement voir que toutes les autres références à l'embryologie dans le Coran et le Hadith sont également directement tirées des Grecs. Par exemple, un hadith indique :

"en cas de fluide d'un mâle sur la substance de la femelle, l'enfant sera un mâle par le décret d'Allah, et quand la substance de la femelle règne sur la substance contribuée par le mâle, un enfant féminin est formé" Sahih Muslim

Ceci répète simplement la croyance fausse d'Hippocrate qui croyait que les hommes et les femmes produisait du sperme male et femelle :

"...les partenaires contiennent de même le sperme masculin et femelle. Voici un point: si (a) le produit des deux partenaires est un sperme plus fort alors, un mâle est le résultat, tandis que si (b) ils produisent une forme faible, alors une femelle est le résultat. Mais si (c) un partenaire produit un genre de sperme, et l'autre un autre alors le sexe résultant est déterminé par celui qui règne par la quantité. En supposant que le sperme faible est beaucoup plus grand dans sa quantité que celle du sperme plus fort: alors le sperme plus fort est accablé et, étant mélangé au faible, a comme conséquence une femelle. Si au contraire le sperme fort est plus grand dans sa quantité que le faible, alors le faible est accablé, il a comme conséquence un masculin." Hippocrate, pp. 320-1

Dans le Hadith, Mohammed indique également que la substance reproductrice des hommes est blanche et des femmes jaune :

D'après Oumm Sulaym, J'interrogeai l'Envoyé d'Allah de ce que la femme doit faire si elle voit un songe érotique, tout comme l'homme. "Si elle éjacule, répondit le Prophète, elle devra se laver". Eprouvant un peu de honte, je demandai au Prophète: "Est-ce que la femme éjacule?". - "Oui, répliqua le Prophète, sinon grâce à quoi son enfant lui ressemblerait-il ? Le liquide émis par l'homme (le sperme) est épais et blanchâtre, tandis que celui de la femme est fluide et jaunâtre... Sahih Muslim

Indépendamment du fait que ce que dit Mohammed à propos de la reproduction est assez sot pour un homme d'aujourd'hui qui a acquis la science sur la reproduction, ce que rapporte Mohammed sur le liquide jaune et blanc ressemble infiniment au contenu blanc et jaune qui est trouvé à l'intérieur des oeufs de poussin en phase de développement dont Aristote a été reconnu pour en avoir disséqué.

Mais comment Mohammed pourrait-il avoir su ces choses?
En effet, c'est une chose que de démontrer que le Coran répète les mêmes idées sur l'embryologie que ceux décrits à l'origine par les Grecs, mais comment pouvons-nous être sûrs que ces connaissances étaient bien connues des Arabes au temps de Mohammed?

Au 6ième siècle, environ 26 livres de Galien ont été traduits en Syriaque par Sergius. Sergius était un prêtre chrétien qui a étudié la médecine à Alexandrie et a travaillé en Mésopotamie, et est mort à Constantinople vers 532. G. Sarton, (Williams and Wilkins, 1927) Introduction to the History of Science, vol I, pp. 423-424

Il faisait partie des chrétiens Nestoriens qui ont traduit le corpus médical grec en Syriaque; d'autres ont inclus l'évêque Gregorius, Al-Rahawy, Al-Taybuti, le patriarche Theodorus et Al-Sabakti. A. A. Khairallah (American Press, Beirut, 1946) Outline of Arabic Contributions to Medicine, p. 24

Les Nestoriens ont été persécutés par l'église et ont fuit en Perse, où ils ont apporté leurs traductions des travaux des médecins grecs et ont fondé de nombreuses écoles. La plus célèbre était de loin la grande école de médecine de Jundishapur (qui est maintenant l'Iran du sud-est), fondée en 555 par le Roi persan Chosroes le grand, dont le règne a duré de 531 environ à 579.

Le lien principal entre la médecine islamique et grecque doit être cherché dans la médecine sassanide, particulièrement dans l'école de Jundishapur plutôt que celle d'Alexandrie. A l'heure de l'élévation, de l'Islam Jundishapur était à sa perfection. C'était le centre médical le plus important de son temps, combinant les traditions médicales Grecques, indiennes et iraniennes, le tout régnant dans une atmosphère cosmopolite qui a préparé la terre pour la médecine islamique. H. Bailey (ed) (Cambridge University Press, 1975) Cambridge History of Iran, vol 4, p. 414

La médecine arabe y a emprunté beaucoup de sources, la dette la plus grande est celle envers les Grecs... La médecine de Jundi Shapur était également principalement grecque. Il y avait des traductions en Syriaque dans la bibliothèque de l'hôpital, longtemps avant que les Arabes soient venus en Perse... Selon Ibn Abi Usaybi'a, le premier qui a traduit les travaux grecs (médicaux et philosophiques) en Syriaque était Sergius d'Ra-Al-`Ayn. C'était probablement lui qui a travaillé pour Chosroes le grand et c'était ses traductions plus que probablement qui ont été employées à Jundi Shapur. C. Elgood (Camrbidge University Press, 1951) A Medical History of Persia, p. 98


Selon les historiens musulmans, particulièrement l'Ibn Abi Usaybia et l'Al-Qifti, le premier diplômé le plus célèbre de Jundishapur était un docteur appelé Al Harith Ibn Kalada, qui était plus âgé et contemporain à Mohammed. "il était probablement du milieu du sixième siècle, de la tribu de Banu Thaqif. Il a voyagé au Yémen et puis en Perse où il a reçu son instruction en sciences médicales à la grande école médicale de Jundi-Shapur et a été intimement mis au courant ainsi des enseignements médicaux d'Aristote, d'Hippocrate et de Galien." M. Z. Siddiqi (Calcutta University, 1959) Studies in Arabic and Persian Medical Literature, p. 6-7

Il est devenu célèbre en partie, en raison d'une consultation avec le Roi Chosroes. Plus tard il est devenu un compagnon du prophète Mohammed lui-même, et selon les traditions médicales musulmanes, Mohammed a cherché des conseils médicaux auprès de lui. M. J. L. Young et al., (Cambridge University Press, 1990) Cambridge History of Arabic Literature: Religion, Learning and Science in the `Abbasid Period, p. 342

Il a pu même avoir été un parent du prophète et ses "enseignements ont assurément influencé ce dernier" [c.-à-d., Mohammed]. A. A. Khairallah, op. cit., p. 22

Harith Ibn Kalada ne pouvait pas engendrer d'enfants, et il a adopté Al-Nasar de Harith (Nadr), qui était apparemment un cousin de Mohammed, et également docteur par sa profession. Nadr a raillé Mohammed, disant que les histoires du Coran étaient moins divertissantes et instructives que les vieilles légendes persanes avec lesquelles il avait grandi. En raison de cela, Mohammed est devenu son ennemi déclaré, et Mohammed l'a mis à mort lors de sa capture dans la bataille de Badr en 624.

Pour résumer, Sergius a traduit les livres de Galien (environ 26) du Grec en Syriaque. À mi-chemin de son règne Chosroes a fondé Jundishapur, où les manuscrits de Galien étaient à disposition dans leurs traductions. Harith Ibn Kalada fut le premier diplômé le plus célèbre de cette école et y a appris la médecine grecque, Galien, Hippocrate, Aristote..., plus tard celui-ci est devenu un compagnon de Mohammed.

"Vous avez bien voulu, que Dieu vous accorde à vous, à vos deux enfants ainsi qu'à tous ceux que vous aimez, bienfaits et bonne santé, vous avez bien voulu, Sire, que le sujet de ma causerie soit réservé à "l'excès de nourriture, cause de tous les maux, et à la diète, source de tout remède". Ce beau principe attribué au Prophète (P.S) a été en réalité énoncé par le doyen des médecins arabes lors de la révélation, Al Harith ibn Kalada al Thaquafi. L'Envoyé de Dieu (P.S) avait foi en sa médecine et conseillait à tout malade de le consulter."

Source: http://www.habous.gov.ma/dorrous/fr/1996/fdars12.htm (site musulman)

Nous savons également que selon des traditions musulmanes, en partie ou au moins un verset du Coran faisant référence au développement humain provient d'un simple homme. En effet, tandis que Mohammed dictait le vers 23:14, Abdullah Ibn Abi Sarh, emporté par la beauté de ce qu'il entendait parler sur la création de l'homme, quand Mohammed eu atteint les mots une "autre créature" son compagnon a poussé l'exclamation "béni soit Dieu, le meilleur des créateurs!" Mohammed a accepté ces mots comme s'ils étaient la suite de sa révélation et dit à Ibn Abi Sarh de les écrire, quoiqu'il ait été tout à fait clair que les mots de son compagnon ne sont pas les mots de Mohammed ou d'Allah. (cf Tafsir Anwar al-Tanzil wa Asrar al-Ta'wil by `Abdallah Ibn `Umar al-Baidawi.)

Ceci étant dit, puisque nous savons qu'au moins une partie d'un verset du Coran contient les mots supplémentaires d'un simple être humain, comment pouvons-nous être certain que les autres textes du Coran, ne sont pas également la résultante d'autres sources ?

Un passage extraordinaire des écritures d'Al-Jawziyya d'Ibn Qayyim le philosophe, montre indiscutablement, comment les auteurs arabes ont dépendu des médecins grecs. Dans un discours continu, les mots d'Hippocrate expliquent le Coran et le Hadith, et ces derniers sont employés pour expliquer les paroles d'Hippocrate. Voici un extrait pour exemple :

"Hippocrate dit... 'quelques membranes sont formées au début, d'autres après le deuxième mois, et d'autres au troisième mois... ' C'est pourquoi Dieu dit 'lui vous crée dans les utérus de vos mères, par une formation après des autres dans trois ténèbres'. Puisque chacune de ces membranes a sa propre obscurité, quand Dieu a mentionné les étapes de la création et de la transformation d'un état à l'autre, il a également mentionné les ténèbres des membranes. La plupart des commentateurs expliquent: 'c'est l'obscurité du ventre, et l'obscurité de l'utérus, et l'obscurité du placenta '... Hippocrate dit, 'les oreilles sont ouvertes, et les yeux, sont remplis de liquide clair.' Le prophète avait l'habitude de dire, j'adore celui qui a fait mon visage et l'a formé, et a ouvert mon oreille et mes yeux…" B. Musallam, p. 56


En conclusion, il n'y a rien dans le Coran concernant l'embryologie qui n'était une observation bien connue des médecins grecs, ceci des siècles, voire millénaires avant que le Coran n'ait été écrit. Par ailleurs, ce que le Coran indique au sujet de l'embryologie est souvent scientifiquement imprécis ou carrément faux. Les travaux des médecins grecs ont été traduits en Syriaque avant Mohammed, et ceux-ci étaient accessibles aux non-Grecs. Nous savons qu'un des compagnons du prophète, Harith Ibn Kalada qui était le premier diplômé le plus célèbre de l'université de Jundishapur avait étudié les travaux de Galien, Hippocrate et Aristote dont les théories sur l'embryologie sont retrouvées dans le Coran et Hadith. Et nous savons aussi que Mohammed conseillait à tout le monde ce médecin Harith Ibn Kalada. De même, nous savons qu'au moins une partie d'un verset décrivant l'embryologie, (Sourate 23:14) contient des mots qui ne sont qu'un commentaire d'un simple homme.

Nous en arrivons à la conclusion que, contrairement à ce que certains musulmans réclament, les rapports embryologiques du Coran ne fournissent certainement pas une évidence quant à l'origine divine du Coran, mais une réelle évidence quant à son origine humaine…

10:30 Écrit par Islamator dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Sourate 23 , verset 14 : "Nous avons transformé ce qui s'accroche en une masse de chair (comme machée) et nous avons transformé la chair (comme mâchée) en os et nous avons revêtu les os de la chair (comme de la chair fraîche)."
La chair (comme mâchée) traduit le mot "mudrat" ; la chair (comme de la char fraîche) traduit le mot "lahm". Cette distinction mérite d'être soulignée. L'embryon est initialement une petite masse qui, à l'oeil nu, à un certain stade de son développement, a bien cet aspect de chair mâchée. Ce qui est parfaitement identique aux connaissances modernes.


Sourate 16, verset 4 : "(Dieu) a formé l'homme d'une goutte (de sperme)."
Goutte (de sperme), en arabe est inproprement traduit à cause du fait qu'il n'existe pas de vocable en français approprié. Ce mot "nutfat" ( goutte) vient d'un verbe qui signifie s'écouler, suinter ; il sert à indiquer ce qui peut rester dans un seau une fois qu'on l'a vidé. Il indique donc une très petite quantité de liquide d'où le sens second goutte d'eau, et ici goutte de sperme car le mot est associé dans un autre verset au mot sperme.
Le Coran est vraiment la parole de Dieu, contrairement à la Bible.

Écrit par : abdallah | 2011-08-19 à 20.16:11

Cher Abdallah,
Il est pourtant surprenant de constater que les traducteurs du coran ont bien stipulé "de sperme"... Pourquoi ?? Seraient-ils moins compétents que vous ?
Et puis, que vient faire l'extrait d'argile dans l'embryologie ??

Bien à vous

Écrit par : Islamator | 2011-08-20 à 23.58:05

Vous ne trouverez jamais un seul livre traduit par un musulman qu'avec le titre "Coran : Traduction du sens des versets". Mais vous ne connaissez pas l'arabe pour pouvoir en juger.

Écrit par : abdallah | 2011-08-21 à 02.02:03

Et puis la Sourate 24:13-14 n'indique pas ces signes-là ! Peut-être parlez-vous de la sourate 23 ; 12-14 ? Vous pompez sans vérifier ?

Écrit par : abdallah | 2011-08-21 à 12.39:59

Les commentaires sont fermés.