22/09/2010

Histoire d'eau

Le non mélange des eaux douces et salées


Dans le Coran, on parle en trois endroits d'une barrière séparant deux mers, l'une d'eau douce, l'autre d'eau salée, qui se rencontrent sans se mélanger (25:53, 35:12 et 55:19-20):

"Il (Dieu) a donné libre cours aux deux ondes, pour qu'elles se rencontrent ;comme il y a entre les deux une zone intermédiaire, elles ne s'en veulent pas. Eh bien, vous deux, lequel des bienfaits de votre Seigneur traiterez-vous de mensonge ?" Sourate 55:19-21

Le mot traduit ici par "zone intermédiaire" (barzakh) signifie "intervalle", "barrière", "fossé", "barre", "obstruction", "isthme".

"Et c'est Lui qui donne libre cours aux deux ondes : celle-ci, douce, rafraîchissante, celle-là, salée, amère. Et assigne entre les deux une zone intermédiaire et barrage barré." Sourate 25:53

"Les deux mers ne sont pas identiques: [l'eau de] celle-ci est potable, douce et agréable à boire, et celle-là est salée, amère. Cependant de chacune vous mangez une chair fraîche, et vous extrayez un ornement que vous portez. Et tu vois le vaisseau fendre l'eau avec bruit, pour que vous cherchiez certains [de produits] de Sa grâce. Peut-être serez vous reconnaissants" Sourate 35:12

Ces versets révéleraient selon certains interprètes musulmans, l'existence du non mélange des eaux fluviales dans la mer à l'embouchure car le mélange des eaux ne s'opère parfois que loin au large.

Non mélange des eaux


Cela est possible, mais ne sommes nous pas là devant une simple observation d'un phénomène naturel bien connu, qui est le non mélange immédiat des eaux de l'Euphrate et du Tigre avec celles de la mer, à leur débouché dans le golfe persique?

En effet, on peut observer à Bassorah (en Iraq), les eaux douces du Tigre se déverser dans l'Océan Indien. Dans la marée haute, on voit une masse d'eau salée de couleur verte côtoyant une masse d'eau douce de couleur rougeâtre sans qu'il y ait entre elles le moindre mélange.

Vous en conviendrez que ce spectacle impressionnant pour un homme d'aujourd'hui, devait l'être d'une plus ample mesure encore pour un homme du septième siècle!

Ceci dit, examinons ce que nous enseigne un conte de mythologie Babylonienne datant de plus de 3000 ans avant le Coran :

"A l'origine il n'y avait que Nammou, la mer primitive, l'océan cosmique. Elle engendra An et Ki, le ciel et la terre (...). Enki, enfin, parce qu'il est le dieu des eaux douces qui, en tant qu'elles s'opposent aux eaux salées de Nammou la mer primordiale, doivent être situées du côté du ciel, comme eaux de pluies". Conte babylonien

A cette lecture, nous constatons que le Coran n'a rien révélé!

De ce fait, si des musulmans aiment encore à alléguer, que ces versets coraniques révéleraient une vérité scientifique, il faudrait alors adopter la même attitude face aux textes mythologiques babyloniens, et en conclure qu'il y aurait là, une révélation divine faite aux Babyloniens, qui rappelons-le, sont polythéistes. Je ne pense pas qu'il faille en venir jusque là, mais simplement être honnête et se résoudre au fait que ces versets coraniques ne ressortent que d'une simple observation d'un phénomène naturelle, qui a été rapporté par d'autres hommes étant de civilisations antérieures de plusieurs millénaires à Mohammed.

Signalons aussi, que d'autres interprètes ont fait plus fort, et prétendent que le Coran révélerait ici l'existence de masses marines différentes l'une de l'autre, tant au niveau de la température, de la salinité, des organes vivant, de la solubilité de l'oxygène, ...

Examinons, ce que dit le Coran: celui-ci nous parle d'un non mélange d'eau douce (potable, rafraîchissante et agréable à boire) et d'une eau salée (amère). Le Coran n'indique en rien, la distinction de températures des eaux, des organes vivant, de la solubilité de l'oxygène. Ceci ne trouve aucune base dans le Coran alors que le Coran se dit être un exposé DETAILLE de TOUTE chose où RIEN n'est omis avec des versets bien clairs.

Le Coran parle juste d'une eau douce potable, et agréable à boire, mais cela n'existe pas des mers d'eau potable! C'est même un danger pour l'homme de croire en telles choses. En effet, boire de l'eau salée, risque de rendre la personne sujette à la folie...

Il n'est décidément pas bon pour le Coran d'y chercher des vérités scientifiques... D'autant plus que comme explicité, si malgré cela on accorde ici une révélation scientifique au Coran, il faut par conséquent agir de même vis-à-vis du mythe babylonien, et ainsi le Coran n'a rien révélé, mais a alors simplement répété ce qui a déjà été dit, ceci il y a plus de 3000 ans! Nous en arrivons toujours à la même conclusion, à savoir : être honnête et conclure que ces versets ne proviennent que de la simple observation d'un phénomène naturel.


En conclusion
Contrairement à ce qu'affirment certains commentateurs musulmans, de la lecture de ces versets, il ressort plutôt une méconnaissance scientifique et une ignorance qui considérées comme vérités scientifiques pourraient même mettre en danger la vie de personnes (voir eau de mer potable). Si néanmoins, certains refusaient de cesser de voir dans ces versets coraniques une révélation scientifique, il faudra en faire de même pour le conte babylonien... et, ainsi, le seul miracle coranique se réduirait à répéter ce que d'autres ont déjà dit...

19/09/2010

Estimation de la femme

Pour le coran, une femme vaut la moitié d'un homme à tout point de vue :

Héritage :

"Dieu vous prescrit d’attribuer au garçon une part égale à celle de deux filles." (coran 4:11)

Témoignage en justice :

"À cet effet, choisissez deux témoins parmi vous de sexe masculin ou, à défaut, un homme et deux femmes." (coran 2:282)

Bukhari 6:301 "[Mahomet] dit: 'N'est ce pas l'évidence que le témoignage de deux femmes vaut celui d'un homme?' Ils acquiescèrent. Il ajouta: 'C'est la faiblesse de son intelligence [à la femme].' " (voir ICI)

Valeur morale : La femme vaut autant qu'un chien ou un âne :

Hadith Sahih Muslim, livre 4, hadith 1032:
Mahomet a dit : « Quand l'un de vous s'apprête à prier, qu'il place devant lui quelque chose comme la partie arrière d'une selle. S'il ne dispose pas d'un tel objet, sa prière pourrait être interrompue par un âne, une femme ou un chien noir. » J'ai dit à Abou Dharr : « Pourquoi un chien noir ? Et s'il était rouge ou jaune ? Il m'a répondu : «ô fils de mon frère, j'ai posé la même question au Messager d'Allah et il m'a dit : « Le chien noir est un démon. » (Voir ICI)

(Mohammed met clairement l'âne, la femme et le chien noir sur un même pied d'égalité. )

Muslim (4:1039) "Aïcha dit :'Vous nous avez faites égales aux chiens et aux ânes' " (voir ICI)



 

 

Alors que sous la nouvelle alliance, depuis la venue de Jésus "il n'y a plus ni hommes ni femmes, car vous êtes tous un en jésus-Christ" (Galates 3:28)

16/09/2010

Quel toupet

Le Coran et le cerveau


Certains propagandistes musulmans allèguent que le Coran contiendrait une révélation scientifique quant au fait que c'est par le cerveau que l'on pense. Ils arguent ceci en s'appuyant sur le verset suivant :

"Vois-tu s'il dément et tourne le dos ? Ne sait-il pas que vraiment Dieu voit ? Mais non ! S'il ne cesse pas, Nous le saisirons certes, par le toupet, le toupet d'un menteur, d'un pécheur." Sourate 96:13-16

Ainsi, les musulmans propagandistes prétendent qu'il y aurait ici révélation d'origine divine puisque le toupet est désigné comme un menteur, toupet d'un menteur, cependant, il n'est indiqué nulle part de manière explicite et claire que c'est par le cerveau que l'on pense (d'où provient le mensonge), alors que le Coran se réclame être un exposé détaillé aux versets bien clairs où rien n'est omis. Etant donnée cette affirmation, si l'auteur du Coran avait voulu faire une révélation scientifique, nous nous attendrions, à trouver dans le Coran, au moins, un verset simple disant que l'homme pense par le moyen du cerveau ou du toupet, or nous ne trouvons aucun verset ainsi dans le Coran, au contraire nous trouvons de nombreux versets indiquant que les pensées se trouvent dans le coeur (ou poitrine), ce qui, scientifiquement, est une grossière erreur :


"Vous, (Musulmans) vous les aimez, alors qu'ils ne vous aiment pas; et vous avez foi dans le Livre tout entier. Et lorsqu'ils vous rencontrent, ils disent "Nous croyons"; et une fois seule, de rage contre vous, ils se mordent les bouts des doigts. Dis : "mourrez de votre rage"; en vérité, Allah connaît fort bien le contenu des coeurs." Sourate 3:119

"Il révéla à Son serviteur ce qu'Il révéla. Le coeur n'a pas menti en ce qu'il a vu." Sourate 53:11

[Notez bien que dans ce verset, il est indiqué que c'est le coeur qui ment. Ce qui scientifiquement est faux! On se pose ainsi la question, pourquoi les propagandistes musulmans omettent t'il de parler de ce verset qui indique que l'homme pense par le cœur ?]

"Il y a dans leurs coeurs une maladie (de doute et d'hypocrisie), et Dieu laisse croître leur maladie. Ils auront un châtiment douloureux, pour avoir menti." Sourate 2:10

"Eh quoi ! Ils replient leurs poitrines afin de se cacher de Lui. Même lorsqu'ils se couvrent de leurs vêtements, Il sait ce qu'ils cachent et ce qu'ils divulguent car Il connaît certes le contenu des poitrines." Sourate 11:5

"Mais leurs coeurs restent dans l'ignorance à l'égard de cela [le Coran]. [En outre] ils ont d'autres actes (vils) qu'ils accomplissent," Sourate 23:63

"Ainsi l'avons Nous fait pénétrer [le doute] dans les coeurs des criminels; mais ils n'y [le Coran] croiront pas avant de voir le châtiment douloureux," Sourate 26:200-201

"Et ils diront : "Nos coeurs sont voilés contre ce à quoi tu nous appelles, nos oreilles sont sourdes. Et entre nous et toi, il y a une cloison, Agis donc de ton coté; nous agissons du notre"." Sourate 41:5

"Il a donc suscité l'hypocrisie dans leurs coeurs, et cela jusqu'au jour où ils Le rencontreront, pour avoir violé ce qu'ils avaient promis à Dieu et pour avoir menti." Sourate 9:77

"Ou bien ils disent il a inventé un mensonge contre Dieu. Or, si Dieu voulait, Il scellerait ton coeur. Par Ses Paroles cependant, Dieu efface le faux et confirme le vrai. Il connaît parfaitement le contenu des poitrines." Sourate 42:24

D'autre part, si nous considérons que lorsque le Coran indique "Nous le saisirons certes, par le toupet," signifie qu'il y a révélation quant au fait que nous pensons par le cerveau, nous devrions alors également prendre en compte le verset suivant:

"Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur nierez-vous ? On reconnaîtra les criminels à leurs traits. Ils seront donc saisis par les toupets et les pieds." Sourate 55:40-41

Par conséquent, nous devrions nous accorder, à déclarer que le Coran désigne également les pieds comme étant le lieu de nos pensés, ce qui n'est évidement pas le cas, et qui est complètement contradictoire avec la science moderne.


En conclusion
A vouloir trouver dans le Coran des révélations scientifiques, les propagandistes musulmans apportent plutôt des preuves sur son origine humaine et non divine.

10:30 Écrit par Islamator dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/09/2010

Asma bint Marwan

Voici quelques hadith et autres sources qui permettront de comprendre qui est le prophète que tous les musulmans du monde vénèrent :

(Aba Dawud Livre 38, 4348)

"Puis la poétesse Asma bint Marwan, mère de 5 petits enfants, écrivit une poésie critiquant les Arabes pour avoir laissé Mahomet assassiner un vieil homme. Apprenant ses dires, Mahomet questionna : «N’y aurait-il donc personne pour me débarrasser de la fille de Marwan ?» Umayr ibn Adi, un musulman (aveugle ?) se porta volontaire et poignarda la malheureuse dans son lit, alors qu’elle donnait la tétée à son plus jeune enfant.(Sirat Rasul Allah). Lorsque, pris de remord, Umayr exprima ses craintes d'être puni de ce meurtre par Allah, Mahomet le rassura en lui disant que «Même deux chèvres ne se disputeraient pas pour cela». Il dit aussi : "Oh sois témoin, aucune revanche n'est payable pour son sang !"

 

(Waqidi , Livre des expéditions 10).
Vers le cinquième jour du mois de ramadan , il y eut l’assassinat de Asma bint Marwan , une femme...
Elle offensait et provoquait le parti musulman. A cause de cela , Umayr annonça qu’il allait la tuer , dès que le prophète rentrait de Badr.
Ainsi , la nuit , il se faufila chez elle pendant que ses enfants dormaient autour d’elle. Le plus jeune était encore accroché à son sein. Avec le sabre , il la transperça.
Pour la prière du matin , il était déjà de retour à Médine. Muhammad lui demanda aussitôt s’il l’avait tuée. Il avait peur de la question. Ensuite , il fut tout de suite rassuré.

 

(ibn Sad , Tabaqat 2/30-1).
Puis advint le raid d'Umayr ibn Adi ibn Kharashah al Khatmi contre Asma bint Marwan , des Banu Umayyah ibn Zayd , quand il restait cinq nuits au mois de ramadan , au début du dix-neuvième mois de l'Hégire de l'apôtre d'Allah. Asma était la femme de Yazid ibn Zayd ibn Hisn al Khatmi. Elle avait coutume de dénigrer l'islam , s'offenser le prophète et de pousser les gens contre lui581 . Elle composait des poèmes. Umayr ibn Adi alla à sa rencontre de nuit , entra chez elle. Ses enfants dormaient autour d'elle. Il y en avait même un qui pendait à sa poitrine , qu'elle allaitait. Il la chercha de sa main , car il était aveugle582 , et écarta l'enfant. Il plongea son sabre dans sa poitrine jusqu'à ce qu'il ressorte dans le dos.
Ensuite , il fit la prière du matin à Médine avec le prophète.
L'apôtre d'Allah lui dit:
-As-tu assassiné la fille de Marwan?
Il dit:
-Oui. Dois-je faire autre chose?
Il dit:
-Non. Deux chèvres ne se cogneront pas pour elle.
C'est une formule qui fut entendue pour la première fois provenant de l'apôtre d'Allah.
L'apôtre d'Allah appelait Umayr "le voyant" 583 .

 

(ibn Hisham , Conduite de l'envoyé d'Allah 995-6).
Elle faisait partie des Banu Umayya ibn Zayd. Quand Abu Afak a été assassiné , elle a témoigné de sa colère. (...) Critiquant l’islam et ses fidèles , elle disait:
Enculés de Banu Malik et al Nabit
et de Awf et enculés de Khazraj584
Vous obéissez à un chef qui n’est même pas de chez vous.
(...)
Espérez-vous quelque chose de positif de lui
Après le meurtre de vos chefs?
Comme un homme affamé attendant la soupe du cuisinier?
N’y a t-il aucun homme d’honneur qui voudrait l’attaquer par surprise
et briser ainsi les espoirs de ceux qui espèrent tant en lui.

Quand l’apôtre entendit ce qu’elle avait dit , il déclara:
-Qui voudrait me débarrasser de la fille de Marwan?
Umayr ibn Adiy al Khatmi qui était avec lui l’entendit et la nuit-même il alla dans sa main et la tua.
Le matin , il revint voir l’apôtre et le dit ce qu’il avait fait.
-Tu as aidé Allah et son apôtre , ô Umayr!
Quand j’ai demandé si j’allais porté sur le moi les conséquences de cet acte , l’apôtre déclara:
-Deux chèvres ne se taperont pas la tête pour elle.
Et Umayr rentra chez lui.

 

Les effets de l’assassinat d’Asma.
(ibn Hisham , Conduite de l'envoyé d'Allah 996).
Ensuite , il y eut une grande émotion parmi les Banu Khatma , le jour de l’affaire de Asma bint Marwan. Elle avait cinq fils , et quand Umayr vint les voir de la part de l’apôtre , il leur déclara:
-J’ai tué Asma bint Marwan , ô fils de Khatma. Affrontez-moi si vous le voulez , ne me faites pas attendre!
C’est ce jour où l’islam est devenu puissant parmi les Banu Khatma ; avant , c’étaient le musulmans qui devaient cacher leur état.
Le premier d’entre eux qui accepta l’islam fut Ummayr ibn Adiy , appelé “le lecteur , puis Abdullah ibn Aws et Khuzayma ibn Thabit. Le jour après l’assassinat de Bint Marwan , les hommes des Banu Khatma devinrent musulmans , parce qu’ils avaient vu la puissance de l’islam.

 

 

Alors prophète ou dictateur militaire ? Chacun jugera...

 

 

10/09/2010

Allah, le dieu lune

Chers amis musulmans, pourquoi attachez-vous de l’importance au symbole de la lune ? (drapeau, minaret, calendrier lunaire,..)

La kabba était un lieu où l’on priait environ 360 dieux différents dont Hubal, le dieu-lune et le plus important. On plaça même le symbole de lune en son honneur au sommet de la kabba quelques siècles avant Mahomet. Des confusions avec les dieux ilah et al-lat ont donné naissance à un culte à Allah, le dieu-lune. Quand on sait, en plus, qu’au milieu de la kabba, se trouve un morceau de pierre noire de lune (qui était vénérée avant Mahomet) et que l’ensemble des musulmans du monde prie en se dirigeant vers ce symbole, je me pose des questions sur l’aspect idolâtrie.

Voyons cette amulette du Dieu Al-lat :

 

amulette_d_Allat.jpg

On y voit clairement ce que l'on voit sur la plupart des drapeaux islamiques ou sur les mosquées :

 

 

crescent_moon.jpgcroissant.jpg
algerie.jpgpakistan.jpg

 

Tunisie-drapeau.jpgturquie.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La pierre de lune de la Mecque est adorée par les musulmans :

stone.JPGblackstone2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Continuons. La sourate 54 verset 1 (qui parle de la lune fendue) ressemble tres etrangement au poeme de Imrou'l qays qui était ecrit sur les murs de la Kaaba avant que le Prophete ne s'en empare.
On voit sur le texte en arabe des portions de phrases entières viennent directement de ce poème.

Chers amis musulmans, bonne réflexion.

06/09/2010

Empreinte digitale

Le Coran et l'empreinte digitale


"L'homme pense-t-il que Nous ne réunirons jamais ses os ? Mais si ! Nous sommes Capable de remettre à leur place les extrémités de ses doigts." Sourate 75:3-4

Certains musulmans citent ces versets et clament qu'il y a ici révélation scientifique. En effet, ceux-ci allèguent que ces versets nous indiquent que chaque homme à une empreinte digitale qui lui est propre, ce qui est en effet le cas. Cependant, personnellement, j'ai beau lire ces versets maintes fois, je ne vois pas où il est indiqué en ces versets, que chaque homme a une empreinte sur les doigts qui lui est unique. Mais si vous avez trouvé, n'hésitez surtout pas à m'écrire. Soyons un peu sérieux, amis musulmans, dans ces versets il est clair qu'il n'y aucune indication comme quoi l'homme a sur les doigts une empreinte qui lui est personnelle. Il est juste indiqué que, face à l'incrédulité des mécréants, Dieu est capable de ressusciter les personnes en réunissant leur os. Dieu leur répond alors qu'Il est même capable de réunir les os jusqu'à leurs doigts.


C'est là la seule indication du Coran, il n'y a trace nulle part, que les doigts seraient un signe de reconnaissance entre hommes, ou ni même une petite allusion à ceci. Or si Dieu avait voulu faire une révélation scientifique, je pense qu'il aurait été dit simplement dans le Coran, que les doigts sont un signe de reconnaissance personnel à tout homme ou une phrase dans le même style. Or, nous ne trouvons aucun verset ainsi dans le Coran. Rappelons également que le Coran se réclame être un exposé détaillé de toute chose où rien n'est omis.

De plus si nous lisons bien le verset, il est fait référence aux os Nous ne réunirons jamais ses OS ? Or c'est sur la chair recouvrant les os des doigts, qu'il y a empreinte digitale, non sur l'os!

D'autre part, je vous prierais de lire ce verset biblique:

"Il met un sceau sur la main de tous les hommes, Afin que tous se reconnaissent comme ses créatures." Job 37:7

Je ne vais pas soutenir qu'il y a ici révélation scientifique dans la Bible, mais ceci pour vous faire comprendre qu'il est facile d'extrapoler et dire que tel verset contient des vérités scientifiques. Les affirmations des propagandistes musulmans arguant du fait qu'il y a des révélations scientifiques dans le Coran ne sont que supercheries.


Vous l'observez vous-mêmes, ces affirmations sont souvent accompagnées de belles images, d'extraits de manuels scientifiques, etc... Tout ceci ayant pour but d'impressionner le lecteur, de donner une coloration scientifique au verset. Cependant lisez une fois le verset tel qu'il est dans le Coran, dans son contexte, sans tout ce matériel de propagande, vous constaterez vous-mêmes, sans avoir besoin de grandes connaissances en science, qu'il n'en est rien de ces prétendues révélations scientifiques contenues dans le Coran.

10:30 Écrit par Islamator dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

03/09/2010

Embryologie

L'embryologie dans le Coran


Cette étude n'aura pas pour but d'enregistrer les erreurs scientifiques que renferme le Coran sur l'embryologie (d'autre l'ont déjà fait), mais plutôt de comprendre l'origine des connaissances incorrectes sur l'embryologie contenues dans le Coran...

"Et très certainement, Nous avons créé l'homme d'un choix d'argile, puis Nous l'avons consigné, goutte de sperme (nutfah), dans un reposoir sûr, puis Nous avons fait du sperme un caillot (`alaqa) ; puis du caillot (`alaqa) Nous avons créé un morceau de chair (mudghah); puis du morceau de chair, Nous avons créé des os ; puis Nous avons revêtu de chair les os. Ensuite Nous avons produit une toute autre créature." Sourate 24:13-14

Ceci vous étonnera peut être, mais savez-vous que cette description du Coran sur le développement de l'embryologie est étonnamment identique à celle établie par Claude Galien né en 131 après Jésus-Christ, réputé pour être le plus grand médecin après Hippocrate :

"Mais reprenons à nouveau la description à la première formation de l'animal, et afin de rendre notre description ordonnée et claire, divisons la création du fœtus en quatre périodes de temps. La première est celle dans laquelle, comme nous le voyons dans les avortements et les dissections, la forme du sperme (nutfah en arabe) a le dessus. A ce stade, même Hippocrate le merveilleux n'appelle pas la forme de l'animal un fœtus, comme nous l'avons entendu dans le cas du sperme vidé au sixième jour, il l'appelle toujours du sperme.

Mais quand il a été empli de sang (correspondant à alaqa en arabe), et que le cœur, le cerveau et le foie sont toujours inarticulés et informes, mais ont dès lors une certaine solidarité et une taille respectable, c'est la deuxième période ; la substance du fœtus a la forme de la chair et plus la forme du sperme. En conséquence, vous verriez qu'Hippocrate n'appelle plus cette forme "sperme" mais, comme il a été dit, "fœtus".

Embryon La troisième période suit lorsque, comme il a été dit, il est possible de voir les trois parties principales clairement comme une sorte de détour, une silhouette en quelque sorte, de toutes les autres parties (correspondant à mudghah en arabe). Vous verrez la conformation des trois parties principales plus clairement, celle des parties de l'estomac plus faiblement, et bien plus, celle des membres. Plus tard ils forment des "brindilles", comme le dit Hippocrate, indiquant par ce terme leur similarité avec des branches.


La quatrième et dernière période est au stade où toutes les parties des membres ont été différentiées, et à ce stade Hippocrate le merveilleux n'appelle plus le fœtus un embryon mais déjà un enfant ; ainsi lorsqu'il dit qu'il tressaute et bouge comme un animal déjà entièrement formé…(correspondant à la nouvelle création) Le temps est venu pour la nature d'articuler les organes précisément et d'amener toutes les parties à la formation finale. Ainsi elle fait croître la chair sur et autour des os, et en même temps… elle crée à l'extrémité des os des ligaments qui les lient les uns aux autres. Et sur toute leur longueur elle place autour d'eux de fines membranes appelées périostéales sur lesquelles elle fait croître la chair"
. Corpus Medicorum Graecorum: Galieni de Semine, section I:9:1-10 pp. 92-95, 101

Comparons désormais l'exposé de Galien avec la sourate 24:13-14, déjà évoquée :

"puis Nous l'avons consigné, goutte de sperme (nutfah), dans un reposoir sûr, puis Nous avons fait du sperme un caillot de sang (alaqa) ; puis du caillot de sang (`alaqa) Nous avons créé un morceau de chair (mudghah) ; puis du morceau de chair, Nous avons créé des os ; puis Nous avons revêtu de chair les os. Ensuite Nous avons produit une toute autre créature."

La première étape correspond à [nutfah], l'arrivée du sperme; la deuxième étape, il a été empli de sang correspond à [alaqa], le caillot de sang; la troisième étape "la forme de la chair" correspond à [mudghah], le morceau de chair mâchée. La quatrième et étape finale, correspond à l'étape où tous les organes ont été bien formés, et que le fœtus est en mouvement.

Si le lecteur a encore un doute au sujet du lien clair établit ici entre les étapes galéniques et coraniques, nous pouvons préciser que ce sont les musulmans eux-mêmes, dont Ibn-Qayyim, qui ont repéré pour la première fois les similitudes. Basim Musallam, directeur du centre des études du Moyen-Orient à l'université de Cambridge conclut :

"les étapes du développement établies par le Coran et le Hadith pour les croyants étaient parfaitement conformes au compte scientifique de Galien... Il n'y a aucun doute que la pensée médiévale a apprécié cet accord entre le Coran et Galien, parce que la science arabe a utilisé les mêmes limites du Coran pour décrire les étapes galéniques" B. Musallam (Cambridge, 1983) Sex and Society in Islam. p. 54

Si nous regardons ce que les Grecs antiques ont enseigné nous pouvons clairement voir que toutes les autres références à l'embryologie dans le Coran et le Hadith sont également directement tirées des Grecs. Par exemple, un hadith indique :

"en cas de fluide d'un mâle sur la substance de la femelle, l'enfant sera un mâle par le décret d'Allah, et quand la substance de la femelle règne sur la substance contribuée par le mâle, un enfant féminin est formé" Sahih Muslim

Ceci répète simplement la croyance fausse d'Hippocrate qui croyait que les hommes et les femmes produisait du sperme male et femelle :

"...les partenaires contiennent de même le sperme masculin et femelle. Voici un point: si (a) le produit des deux partenaires est un sperme plus fort alors, un mâle est le résultat, tandis que si (b) ils produisent une forme faible, alors une femelle est le résultat. Mais si (c) un partenaire produit un genre de sperme, et l'autre un autre alors le sexe résultant est déterminé par celui qui règne par la quantité. En supposant que le sperme faible est beaucoup plus grand dans sa quantité que celle du sperme plus fort: alors le sperme plus fort est accablé et, étant mélangé au faible, a comme conséquence une femelle. Si au contraire le sperme fort est plus grand dans sa quantité que le faible, alors le faible est accablé, il a comme conséquence un masculin." Hippocrate, pp. 320-1

Dans le Hadith, Mohammed indique également que la substance reproductrice des hommes est blanche et des femmes jaune :

D'après Oumm Sulaym, J'interrogeai l'Envoyé d'Allah de ce que la femme doit faire si elle voit un songe érotique, tout comme l'homme. "Si elle éjacule, répondit le Prophète, elle devra se laver". Eprouvant un peu de honte, je demandai au Prophète: "Est-ce que la femme éjacule?". - "Oui, répliqua le Prophète, sinon grâce à quoi son enfant lui ressemblerait-il ? Le liquide émis par l'homme (le sperme) est épais et blanchâtre, tandis que celui de la femme est fluide et jaunâtre... Sahih Muslim

Indépendamment du fait que ce que dit Mohammed à propos de la reproduction est assez sot pour un homme d'aujourd'hui qui a acquis la science sur la reproduction, ce que rapporte Mohammed sur le liquide jaune et blanc ressemble infiniment au contenu blanc et jaune qui est trouvé à l'intérieur des oeufs de poussin en phase de développement dont Aristote a été reconnu pour en avoir disséqué.

Mais comment Mohammed pourrait-il avoir su ces choses?
En effet, c'est une chose que de démontrer que le Coran répète les mêmes idées sur l'embryologie que ceux décrits à l'origine par les Grecs, mais comment pouvons-nous être sûrs que ces connaissances étaient bien connues des Arabes au temps de Mohammed?

Au 6ième siècle, environ 26 livres de Galien ont été traduits en Syriaque par Sergius. Sergius était un prêtre chrétien qui a étudié la médecine à Alexandrie et a travaillé en Mésopotamie, et est mort à Constantinople vers 532. G. Sarton, (Williams and Wilkins, 1927) Introduction to the History of Science, vol I, pp. 423-424

Il faisait partie des chrétiens Nestoriens qui ont traduit le corpus médical grec en Syriaque; d'autres ont inclus l'évêque Gregorius, Al-Rahawy, Al-Taybuti, le patriarche Theodorus et Al-Sabakti. A. A. Khairallah (American Press, Beirut, 1946) Outline of Arabic Contributions to Medicine, p. 24

Les Nestoriens ont été persécutés par l'église et ont fuit en Perse, où ils ont apporté leurs traductions des travaux des médecins grecs et ont fondé de nombreuses écoles. La plus célèbre était de loin la grande école de médecine de Jundishapur (qui est maintenant l'Iran du sud-est), fondée en 555 par le Roi persan Chosroes le grand, dont le règne a duré de 531 environ à 579.

Le lien principal entre la médecine islamique et grecque doit être cherché dans la médecine sassanide, particulièrement dans l'école de Jundishapur plutôt que celle d'Alexandrie. A l'heure de l'élévation, de l'Islam Jundishapur était à sa perfection. C'était le centre médical le plus important de son temps, combinant les traditions médicales Grecques, indiennes et iraniennes, le tout régnant dans une atmosphère cosmopolite qui a préparé la terre pour la médecine islamique. H. Bailey (ed) (Cambridge University Press, 1975) Cambridge History of Iran, vol 4, p. 414

La médecine arabe y a emprunté beaucoup de sources, la dette la plus grande est celle envers les Grecs... La médecine de Jundi Shapur était également principalement grecque. Il y avait des traductions en Syriaque dans la bibliothèque de l'hôpital, longtemps avant que les Arabes soient venus en Perse... Selon Ibn Abi Usaybi'a, le premier qui a traduit les travaux grecs (médicaux et philosophiques) en Syriaque était Sergius d'Ra-Al-`Ayn. C'était probablement lui qui a travaillé pour Chosroes le grand et c'était ses traductions plus que probablement qui ont été employées à Jundi Shapur. C. Elgood (Camrbidge University Press, 1951) A Medical History of Persia, p. 98


Selon les historiens musulmans, particulièrement l'Ibn Abi Usaybia et l'Al-Qifti, le premier diplômé le plus célèbre de Jundishapur était un docteur appelé Al Harith Ibn Kalada, qui était plus âgé et contemporain à Mohammed. "il était probablement du milieu du sixième siècle, de la tribu de Banu Thaqif. Il a voyagé au Yémen et puis en Perse où il a reçu son instruction en sciences médicales à la grande école médicale de Jundi-Shapur et a été intimement mis au courant ainsi des enseignements médicaux d'Aristote, d'Hippocrate et de Galien." M. Z. Siddiqi (Calcutta University, 1959) Studies in Arabic and Persian Medical Literature, p. 6-7

Il est devenu célèbre en partie, en raison d'une consultation avec le Roi Chosroes. Plus tard il est devenu un compagnon du prophète Mohammed lui-même, et selon les traditions médicales musulmanes, Mohammed a cherché des conseils médicaux auprès de lui. M. J. L. Young et al., (Cambridge University Press, 1990) Cambridge History of Arabic Literature: Religion, Learning and Science in the `Abbasid Period, p. 342

Il a pu même avoir été un parent du prophète et ses "enseignements ont assurément influencé ce dernier" [c.-à-d., Mohammed]. A. A. Khairallah, op. cit., p. 22

Harith Ibn Kalada ne pouvait pas engendrer d'enfants, et il a adopté Al-Nasar de Harith (Nadr), qui était apparemment un cousin de Mohammed, et également docteur par sa profession. Nadr a raillé Mohammed, disant que les histoires du Coran étaient moins divertissantes et instructives que les vieilles légendes persanes avec lesquelles il avait grandi. En raison de cela, Mohammed est devenu son ennemi déclaré, et Mohammed l'a mis à mort lors de sa capture dans la bataille de Badr en 624.

Pour résumer, Sergius a traduit les livres de Galien (environ 26) du Grec en Syriaque. À mi-chemin de son règne Chosroes a fondé Jundishapur, où les manuscrits de Galien étaient à disposition dans leurs traductions. Harith Ibn Kalada fut le premier diplômé le plus célèbre de cette école et y a appris la médecine grecque, Galien, Hippocrate, Aristote..., plus tard celui-ci est devenu un compagnon de Mohammed.

"Vous avez bien voulu, que Dieu vous accorde à vous, à vos deux enfants ainsi qu'à tous ceux que vous aimez, bienfaits et bonne santé, vous avez bien voulu, Sire, que le sujet de ma causerie soit réservé à "l'excès de nourriture, cause de tous les maux, et à la diète, source de tout remède". Ce beau principe attribué au Prophète (P.S) a été en réalité énoncé par le doyen des médecins arabes lors de la révélation, Al Harith ibn Kalada al Thaquafi. L'Envoyé de Dieu (P.S) avait foi en sa médecine et conseillait à tout malade de le consulter."

Source: http://www.habous.gov.ma/dorrous/fr/1996/fdars12.htm (site musulman)

Nous savons également que selon des traditions musulmanes, en partie ou au moins un verset du Coran faisant référence au développement humain provient d'un simple homme. En effet, tandis que Mohammed dictait le vers 23:14, Abdullah Ibn Abi Sarh, emporté par la beauté de ce qu'il entendait parler sur la création de l'homme, quand Mohammed eu atteint les mots une "autre créature" son compagnon a poussé l'exclamation "béni soit Dieu, le meilleur des créateurs!" Mohammed a accepté ces mots comme s'ils étaient la suite de sa révélation et dit à Ibn Abi Sarh de les écrire, quoiqu'il ait été tout à fait clair que les mots de son compagnon ne sont pas les mots de Mohammed ou d'Allah. (cf Tafsir Anwar al-Tanzil wa Asrar al-Ta'wil by `Abdallah Ibn `Umar al-Baidawi.)

Ceci étant dit, puisque nous savons qu'au moins une partie d'un verset du Coran contient les mots supplémentaires d'un simple être humain, comment pouvons-nous être certain que les autres textes du Coran, ne sont pas également la résultante d'autres sources ?

Un passage extraordinaire des écritures d'Al-Jawziyya d'Ibn Qayyim le philosophe, montre indiscutablement, comment les auteurs arabes ont dépendu des médecins grecs. Dans un discours continu, les mots d'Hippocrate expliquent le Coran et le Hadith, et ces derniers sont employés pour expliquer les paroles d'Hippocrate. Voici un extrait pour exemple :

"Hippocrate dit... 'quelques membranes sont formées au début, d'autres après le deuxième mois, et d'autres au troisième mois... ' C'est pourquoi Dieu dit 'lui vous crée dans les utérus de vos mères, par une formation après des autres dans trois ténèbres'. Puisque chacune de ces membranes a sa propre obscurité, quand Dieu a mentionné les étapes de la création et de la transformation d'un état à l'autre, il a également mentionné les ténèbres des membranes. La plupart des commentateurs expliquent: 'c'est l'obscurité du ventre, et l'obscurité de l'utérus, et l'obscurité du placenta '... Hippocrate dit, 'les oreilles sont ouvertes, et les yeux, sont remplis de liquide clair.' Le prophète avait l'habitude de dire, j'adore celui qui a fait mon visage et l'a formé, et a ouvert mon oreille et mes yeux…" B. Musallam, p. 56


En conclusion, il n'y a rien dans le Coran concernant l'embryologie qui n'était une observation bien connue des médecins grecs, ceci des siècles, voire millénaires avant que le Coran n'ait été écrit. Par ailleurs, ce que le Coran indique au sujet de l'embryologie est souvent scientifiquement imprécis ou carrément faux. Les travaux des médecins grecs ont été traduits en Syriaque avant Mohammed, et ceux-ci étaient accessibles aux non-Grecs. Nous savons qu'un des compagnons du prophète, Harith Ibn Kalada qui était le premier diplômé le plus célèbre de l'université de Jundishapur avait étudié les travaux de Galien, Hippocrate et Aristote dont les théories sur l'embryologie sont retrouvées dans le Coran et Hadith. Et nous savons aussi que Mohammed conseillait à tout le monde ce médecin Harith Ibn Kalada. De même, nous savons qu'au moins une partie d'un verset décrivant l'embryologie, (Sourate 23:14) contient des mots qui ne sont qu'un commentaire d'un simple homme.

Nous en arrivons à la conclusion que, contrairement à ce que certains musulmans réclament, les rapports embryologiques du Coran ne fournissent certainement pas une évidence quant à l'origine divine du Coran, mais une réelle évidence quant à son origine humaine…

10:30 Écrit par Islamator dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |